Les funky monkeys en vadrouille

2 amis ayant simplement envie de voir autre chose et qui décident de partir avec leurs maigres économies et leurs sac à dos à la découverte de nouveaux horizons...

[ Accueil ] [ Qui suis-je ? ] [ Mon itinéraire ] [ Livre d'or ] [ Album photos ] [ Archives ] [ Mes amis ] [
]

Le calvaire...

Voilà Hanoï et le Vietnam c’est fini, il est temps pour nous de partir vers le Laos ! Et là commence l’aventure (le calvaire ??). On ne veut pas faire comme tout le monde… c'est-à-dire payer 45$ pour aller à Luang Prabang ou payer 30$ pour aller à Vientiane. On décide de pas passer par les agences et de passer par le nord du Vietnam… direction Dien Bien Phu pour passer ensuite la frontière à Tay Trang pour pouvoir descendre tranquillement par le nord du Laos jusque Luang Prabang… le plan est parfait… à priori ! 1ère mission, aller à la gare de bus locale pour acheter le billet vers Dien Bien Phu… évidemment les agences locales ne nous proposent pas de l’acheter donc on prend un bus local pour y aller… nous y voilà… pas beaucoup de blancs par ici et pas grand-monde parle anglais mais on trouve quand même le guichet… je demande donc mes 2 billets pour le lendemain et la meuf, qui ne parle pas un mot d’anglais, me fait comprendre que c’est pas possible… j’insiste, je comprends rien, les gens derrière moi me doublent sans gêne… j’ai envie de les claquer… un poussera Marisol, je m’énerverai mais je crois que ça lui a fait une belle jambe… j’essaie donc de trouver qqn qui parle anglais… c’est mort… personne… et je comprends pas pourquoi elle ne veut pas me donner de billets… du coup, je décide de faire appel au joker « appel à un ami »… j’appelle donc Nadia qui a la bonne idée d’avoir un petit-copain vietnamien mais pas de bol elle est pas avec lui… mais heureusement elle est avec un ami français qui parle viet… ouf, je lui explique mon cas, il traduit à la meuf qui me donne finalement mes 2 billets pour le lendemain… bus à 20h, mais il faut être là à 19h… étrange… merci quand même Nadia !

RDV le lendemain après avoir vu une dernière fois le train passé et les motos qui slaloment autour…

 

 

 

Arrivés un peu en avance, je vais repérer le lieu du départ… un bus est déjà là et indique Dien Bien Phu… parfait !! Mais quand on me montre le numéro, on me dit que c’est pas celui-là… plus tard me dit-on… je ne m’inquiète pas, il est 18h45 et notre bus est censé partir à 20h… on glande un peu avec Marisol et comme elle a des vers au cul, elle insiste pour retourner près du départ de notre bus… il est 19h15 et le même bus est toujours là… je redemande, on me rerépond que c’est pas le bon mais un mec plutôt sympa et qui parle anglais me dit que on est pas au bon endroit et que notre bus est « par là-bas »… on se retrouve au milieu des bus, perdus, suivant un inconnu et effectivement il nous amène à notre bus, le numéro est le bon… il partait… on monte (limite on saute…) dedans et là c’est le drame… pas une place de libre… mais quand je dis pas une place, c’est pas une place… même les allées sont remplies de gens assis par terre… 

 

 

 

 

 

Le chauffeur nous dit d’aller au fond, on escalade au dessus des gens et il vire une personne au fond contre la vitre et nous dit de se mettre là… une place pour 2… on est un peu gênés mais c’est mieux que rien… Marisol s’énerve, dit qu’on a payé nos places… et blablabla… elle veut descendre… elle s’excite… mais bon une claque sur le cul et elle se calmera… on est donc compressé… Marisol entre moi et la vitre et moi entre Marisol et mon voisin… un charmant jeune homme… et c’est parti pour 10h de bus en mode « grand confort »… et encore pire quand mon voisin s’endormira et limite s’enroulera autour de moi… obligé de le pousser pour avoir de la place… et quand il se réveillera, ce sera pour lâcher des gros mollards avec le charmant bruit du raclement de gorge sur les voisins du dessous… le voyage parfait… mais on arrivera quand même à bon port… (ou à bon porc eu égard à mon voisin…).

 

 

 

 

 

Dien Bien Phu donc… et coup de bol, on a juste une petite heure à attendre pour prendre le mini-bus qui part à la frontière et nous amènera directement à notre prochaine étape au Laos, Muang Maï ! Pas tant le calvaire que ça, même si on a quasiment pas dormi, on se dit qu’on aura bien profité du Vietnam jusqu’au dernier moment !

 

 

 

 

Allez, à peine le temps de dire ouf que nous voici au poste frontière ! Encore une fois, on s’énerve un peu contre certains qui font pas la queue et qui nous dépassent sans honte pour se faire tamponner le passeport mais bon c’est comme ça… et là… et là… c’est le drame… le douanier nous dit qu’avec nos E-Visa (des visas que tu fais en ligne…), on ne peut pas sortir à cette frontière… tu insistes, tu te dis que le douanier est un con et qu’il est pas au courant des E-Visa et là il te sort une feuille qui te montre toutes les frontières que tu peux passer avec le E-Visa… et effectivement, celle où on est n’y est pas… 

 

 

 

 

 

On tente tout… le sourire… « Allez un tampon et tu nous laisses sortir… »… le petit billet… merde ils sont tous corrompus ici ça va bien marcher… et là il me dit que c’est juste qu’ils n’ont pas les équipements informatiques sur place pour le E-Visa et que même avec la meilleurs volonté du monde, il peut rien faire… c’est énervant mais c’est comme ça… je tente quand même le tout pour le tout en mettant Marisol dans la balance… « allez une peau blanche contre un tampon… » rien n’y fera… du coup obligé de récupérer nos affaires dans le mini-bus, de recevoir les messages de soutien des autres touristes qui compatissent alors qu’en fait ça les fait rire… et de déprimer…

 

 

 

 

 

Précision importante, le poste frontière le plus proche qu’on peut prendre est à 600 kilomètres… et 600 kilomètres au Vietnam, si tu régales sur l’enchainement des bus c’est 24h… bon on envisage d’autres options… retour à Hanoi, avion, stop, suicide… en sachant qu’il nous reste 2 jours sur notre visa donc faut pas traîner… et qu’on a épuisé tous nos dongs car on devait partir au Laos… on arrivera quand même à récupérer la moitié du prix du mini-bus et le douanier nous chopera un autre mini-bus pour repartir dans l’autre sens à un prix défiant toute concurrence… et nous voici donc de retour à Dien Bien Phu !!

 

 

 

 

 

 

Il est 12h… on n’a pas mangé grand-chose, on n’a plus d’argent, on n’a pas internet… c’est la joie ! Du coup, faut être efficace… nous sommes à la gare de bus et on se renseigne sur la manière d’aller au poste frontière le plus proche qui accepte les E-Visa… 600 km donc… et bien sûr pas de bus direct vers l’autre poste frontière… on a qq heures pour se décider, le bus part à 16h… direction Vinh !

 

Et de là, faudra trouver un bus vers la frontière… allez, on va se poser dans une auberge, histoire d’être au frais, de voir sur le net les autres options, de retirer de l’argent, de manger un petit truc et de se ressourcer et de se dire qu’on ne va pas se plaindre… déjà parce qu’on aura sûrement plus de raisons de se plaindre dans quelques heures… et ensuite parce qu’on a quand même conscience d’être des privilégiés malgré tout !! Marisol est au top de sa forme !!!

 

Bon de toute façon, on n’a pas d’autres choix que de repartir dans un périple en bus, les autres options étant beaucoup trop chères (sauf celle du suicide mais on a décidé d’être forts !).

 

 

Et c’est parti pour 14h de bus… la bonne nouvelle c’est qu’on a un peu plus de place même si les allées sont encore une fois remplies de locaux… (pas Patrice malheureusement…).

 

 

 

Et enfin une bonne nouvelle !! Après quelques heures de route, on a droit à un repas gratuit…et bon!!! On est les seuls blancs dans le bus et les locaux seront tout heureux de manger avec nous… enfin surtout avec moi je pense…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Allez… les 14 heures sont passées, nous voici à Vinh… on est fatigués, on pue (notez l’évolution de la crasse dans mes cheveux au fur et à mesure du récit…), mes pets foireux sont de plus en plus foireux, on rêve d’une douche, on se rapproche mais on n’est pas encore arrivés… et on imagine pas à quel point !! Le bon côté, c’est qu’à peine arrivés à Vinh on peut enchaîner avec un mini-bus direction le poste frontière de Nam Can…  il nous reste 4 heures de route et avec un peu de chance, on arrivera à enchaîner pour arriver en fin de journée au Laos à Luang Prabang, notre étape finale…

 

 

 

 

On partage ce petit trajet (ben oui maintenant pour nous 4 heures c’est un petit trajet…) avec des vendeuses ambulantes, leurs fruits et leurs sourires… j’ai un grand cœur, je leur achèterai du pain…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et on arrive à destination… tiens bizarre, ça ressemble pas à un poste frontière… on nous avait pourtant bien dit que c’était direct jusqu’à la frontière… je regarde ma super application on est à 22 kilomètres du but… le chauffeur nous rassure en nous disant de pas descendre tout de suite mais il nous dépose 500 mètres plus loin devant des motos taxis… on lui demande si c’est inclus, il nous dit « oui oui ! » et se barre… 2 minutes plus tard, les motards nous demandent de payer… et c’est très cher… on dit que non que c’était inclus, je dis que de toute façon je n’ai pas d’argent (ce qui est partiellement vrai… j’ai un peu, mais pas assez pour ce qu’ils demandent…). On tente un peu de négocier et pris de dépit on se barre…

 

 

 

 

 

On croit en notre bonne étoile… on sera pris en stop par des âmes charitables… on suit la route, on marche 1 kilomètre et on se rend compte de 2 choses… 1 : si on fait tout à pied, on va mourir de chaud avant d’arriver (ou de soif car on n’a plus de réserve…), 2 : en 20 minutes, seul un camion est passé sur cette route (et il s’est arrêté peu de temps après…)… la route ne va qu’à la frontière et il semblerait qu’à cette heure ci… (il n’est pourtant que 13h…)… plus personne passe par là… on se pose par terre à l’ombre et on prie…

 

 

 

 

 

 

Et notre bonne étoile arrivera… un local en moto s’arrête et nous dit qu’il va nous trouver une solution… il a l’air adorable… et il le sera vraiment… on lui explique qu’on a pas d’argent (en fait on lui dit qu’on a que 95000 dongs… le prix de la moto étant de 100000 par personne on est loin du compte… en vrai on a un peu plus mais faut bien en garder un peu pour boire et manger !!) et malgré son anglais hésitant, il nous dit d’attendre et repart… on comptait pas s’envoler en même temps… 

 

 

 

 

 

 

Sort en même temps une jeune maman prof d’anglais… alléluia, on peut communiquer !!! Notre motard revient et nous annonce qu’il nous a trouvé 2 motos-taxis pour le prix d’une !!! Victoire !! Ils arrivent (mari et femme…) et nous demandent 100000… il faut aller au bout de notre mensonge, on a que 95000… finalement notre ange gardien nous donnera 5000 pour compenser et s’en ira… gentillesse quand tu nous tiens… merci… ce sera notre dernier souvenir du Vietnam… route vers le poste frontière !!

 

 

 

On profite, cheveux gras au vent, des paysages montagneux qui sont quand même assez sympas… Ceci dit 20 kilomètres à dos de moto avec le sac à dos qui pèse une tonne, c’est pas la sensation la plus agréable du monde… Ps : les mauvaises langues diront que j’ai une calvitie naissante, je nie ! 

 

 

                           

                           

 

 

 

 

 

Bon quoiqu’il en soit, après presque 1h, on arrive enfin à la frontière… on peut célébrer notre victoire… on est prêts pour choper un bus de l’autre côté pour nous amener à notre but ultime… enfin ça c’est ce qu’on croit… on se rend assez vite compte en arrivant sur place que c’est pas gagné… c’est plus que mort… même pas une mouche qui vole… et surtout pas un bus à l’horizon… on passe la douane vietnamienne… nos E-Visa… marchent !!!! Enfin…au revoir le Vietnam, et on arrive à la douane laotienne… 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici notre parcours du combattant au départ d’Hanoi pour arriver jusque là… après presque 48 heures de voyage au total… avec des allers/retours par ci par là… beau petit détour… bel exploit !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonjour le Laos donc! Le douanier nous confirme qu’il n’y aura pas de bus avant… demain… super il est 15h… bien sûr, pas de guesthouse pour dormir, et le seul endroit où on peut manger qqchose (et encore le douanier n’en est pas sûr…) se trouve 500 mètres plus loin… bon, on fera avec les moyens du bord encore une fois ! Mais avant toutes ces réjouissances, allons faire le Visa! On va voir un autre douanier... il n'est pas là... un mec déboule 15 minutes plus tard en mobylette et en jogging... c'est lui qui fera le Visa... et après avoir vainement tenté de nous arnaquer... en premier en ajoutant une taxe inexistante... et après en tentant de grujer sur le taux du dollar, on aura nos précieux sésames! Sans se faire arnaquer... et comme on va passer la nuit ici, je me dis qu'on aurait peut-être dû être un peu plus conciliant... bref...

 

Allez commençons par aller manger… c'est pas un resto mais une boutique qui vend quelques conneries... ce sera donc du riz nature froid avec des œufs en omelette… tiens le riz ça faisait longtemps!!! Un délice… et dans un superbe décor en plus...

 

                           

                            

 

Ensuite un peu de détente avec tous les gens du coin… c'est-à-dire personne… sauf ce petit bonhomme qui surgira de nulle part pour nous espionner… il restera toujours un peu à l’écart, sûrement pas habitué à voir des blancs-becs squatter là à cette heure-ci… on lui proposera de jouer, il refusera… il repartira quand même avec quelques bonbons… (on les aimait pas…).

 

 

 

 

 

 

 

Et enfin arrive le moment de bonheur ultime… notre nuit ! Les douaniers ont eu la gentillesse de nous laisser dormir dans leurs locaux… on se prépare donc notre petit coin dodo au milieu des toiles d’araignée et pour la première fois depuis longtemps, on peut aller se brosser les dents et sentir la sensation de l’eau sur notre corps… pas une douche hein, faut pas exagérer mais on a un lavabo et c’est déjà pas si mal… après avoir croisé un joli papillon, on se couche pour une nuit qui ne sera pas de tout repos…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bon déjà le sol est dur… c’est normal, c’est du carrelage… mais dormir sur du carrelage, c’est quand même pas agréable… et en plus il fait très froid… très très froid… on se tient chaud comme on peut… nous ne ferons pas l’amour, je préfère arrêter tout de suite les plus pervers… et arrive le moment où j’ai envie de pisser… j’ouvre la porte, je me mets au bord, je sors la bête, je salue les chiens errants et là… d’un coup, ils se mettent à grogner… je reste serein jusqu’au moment où ils me courent tous dessus… la bite à l’air, je cours me réfugier à l’intérieur et ce sera moins une pour pas qu’ils me croquent la jambe… et autre chose peut-être… j’ai rarement eu peur dans mes voyages mais là je l’avoue, j’ai eu peur…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le jour se lève, les cheveux encore plus gras, la fin arrive... (la faim aussi...)... un bus passera… quasiment vide... on arrivera à Luang Prabang plus de 72h après notre départ de Hanoï… vidés... sans guesthouse… mais rassurez-vous, on en trouvera une… la suite au prochain épisode…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un peu fatiguée dans le dernier bus la bonne gueule… elle est tellement agréable quand elle dort… te quiero !!

 



[ 11:45 ] [ 10/07/2017 ] [ Hanoï ] [ dans Vietnam ] [ 1 commentaires ] [ Ajouter un commentaire ] [ Lien ]
Mots clefs :